L'action publique et l'action citoyenne 
Exemple du CSSS : Commission de Suivi du Site Seine Aval. Principe et action d'un collectif citoyen

L'action publique et l'action citoyenne : Exemple du CSSS : Commission de Suivi du Site Seine Aval.

Le CSSS est le document que nos interlocuteurs nous oppose pour affirmer que tout va bien...

L'action publique est illustrée ici. Ce document est le compte rendu de la Commission de Suivi du Site Seine Aval. L'action publique consiste généralement en procédures mises au point par l'administration. Ce sont les préfets qui ont la charge des opérations et qui rendent comptent au gouvernement et au ministre concerné.

Pour info : cette réunion CSSS a donné lieu à un compte rendu de France Nature Environnement. Voir aussi le PPI, Plan Particulier d'Intervention : https://www.conflans-sainte-honorine.fr/consultation-publique-ppi/

L'action citoyenne est assurée par des associations, des auteurs de pétitions, des signataires, et est la plupart du temps réduite à des déclarations d'intention et souvent d'indignation.

Ce dialogue entre l'administration et les citoyens, dans le cas de l'incendie du SIAAP et du compte rendu de CSSS, devrait nous servir de base de réflexion; On y trouve 7 associations de riverains représentées par leurs dirigeants. Cette réunion rassemble environ 35 personnes. Je renvoie aux interventions et questions des associations dans ce document.

Quel rôle possible pour un collectif citoyen ?

Le Collectif-Seine recherche de manière empirique et raisonnable les voies d'un dialogue efficace. Par dialogue efficace, il faut entendre l'anticipation, pas le suivi ...!

Le principe et l'action d'un collectif citoyen.

Le principe :

Le principe est déjà appliqué dans la ville d'Herblay. Le Maire d'Herblay, Monsieur Philippe Rouleau, a pris l'initiative il y a quelques années de créer un statut non formel de "référent" parmi les habitants. Un "référent" est un habitant appelé à exercer une vigilance particulière et à tenir informée l'autorité municipale.

Je peux témoigner que les référents que je connais prennent leur mission très au sérieux.

La communauté urbaine comme l'environnement naturel sont des écosystèmes qui s'auto-régulent par des interactions, humaines et biologiques. L'attention de tous est nécessaire lorsque le monde urbain et l'environnement naturel se confondent comme c'est le cas dans la grande couronne parisienne.

Il faut alors faire monter d'un cran le rôle du "référent" chargé d'exercer une vigilance accrue lorsque l'enjeu est plus large. Ce référent doit disposer de temps, de compétences et de qualités de communications pour exercer sa mission. Ces conditions se trouvent largement répandues au sein de nos communes.

L'action :

Le principe étant posé, le cahier des charges ou liste d'actions du Collectif citoyen est facile à concevoir.

Le collectif citoyen a pour mission de réunir les individus candidats aux missions d'observation, veille et communication, d'assurer une présentation de chacun, titres, références, expériences etc. La désignation d'un responsable est collective et consensuelle entre toutes les parties.

Le collectif citoyen réalise le corpus de référence des "référents" : droits, devoirs, liste de tâches, modalités d'exécution, s'assure de sa diffusion et documente son action. Tout cela est en accès libre et ouvert sur le site web du collectif.

Une communauté digitale pour une action efficace.

1 - La transparence de son action et l'information en temps réel.

2 - Gestion des flux : les échanges, les transactions, les mises à jour, l'actualité, les événements.

3 - Gestion des stocks : les documents, les débats, les décisions, les archives.

4 - Les bases de données de retour d'expérience accessibles par moteur de recherche et mots clés. Un retour d'expérience documenté et formalisé constitue un système de veille, d'alerte et d'enrichissement significatif. L'intelligence artificielle et la cartographie dynamique (croisement de données techniques, de consommation, météorologiques, mouvements de population, actualité etc.) existantes doivent être mises en oeuvre pour une conduite opérationnelle optimale.

5 - Le travail collaboratif. Partage de documents, visioconférence, tableaux de bords personnels, accréditations, etc.

6 - Communauté : Entreprise, élus, services de l'Etat, sous-traitants, université et recherche, relations internationales, etc.

Sauf expression d'un besoin élargi, le collectif citoyen n'a pas besoin d'un statut particulier pour mener à bien sa mission. La compétence et la valeur professionnelle de ses membres assurent son utilité sociale et sa pérennité. Ses besoins matériels, peu importants, peuvent être supportés par les parties prenantes : Entreprise, collectivités locales et services de l'Etat. Les membres actifs du collectif citoyen ne sont pas rémunérés.

Rappelons, pour conclure, qu'il s'agit d'argent public et de nos impôts d'une part et de la qualité de l'environnement que nous laissons à nos enfants d'autre part.