Bernard Heldt
Ingénieur retraité

POUR UNE APPROCHE EXIGEANTE ET POSITIVE

La réaction

L'incendie de juillet dernier sur le site du SIAAP Seine Aval nous a rappelé ou fait découvrir que nous sommes riverains et voisins d'une installation industrielle à risques majeurs.

C'est toujours dans ces situations exceptionnelles que nous sommes portés par l'affectif, la crainte, l'indignation et que nous faisons ressurgir toutes les questions laissées de côté. C'est compréhensible et légitime.

Mais il est souhaitable de pouvoir dépasser ce stade pour chercher collectivement à comprendre les enjeux de ces installations, les contraintes de fonctionnement, les situations dégradées auxquelles nous pouvons être confrontés.

La réponse

A ce titre, le Collectif Seine 78-95 s'est constitué pour porter cette dynamique et contribuer à faire évoluer les relations d'interdépendance entre les organisations industrielles, les autorités de tutelle mais aussi les élus et les citoyens.

Nous savons que le SIAAP Seine Aval porte un important enjeu écologique et économique. C'est un formidable outil technologique et innovant qui fait progresser les techniques de traitement des eaux usées et la qualité des rejets dans le milieu naturel. C'est aussi une entreprise publique qui regroupe des salariés fiers, dévoués et d'une très grande conscience professionnelle, dont la majorité habite et vit parmi nous.

Mais nous pensons aussi qu'aujourd'hui le SIAAP Seine Aval doit poursuivre son évolution pour dépasser un « territoire d'expertise » et mieux associer toutes les parties prenantes qui souhaitent travailler en partenariat et en bonne intelligence, chacun contribuant à renforcer l'intelligence des choses et des situations.

Le travail en commun sur le retour d'expérience lié à cet incendie est également une réelle opportunité, au-delà du SIAAP, de définir nos valeurs et nos modalités d'intervention pour pouvoir être une partie prenante constructive qui peut se mobiliser sur d'autres sujets liés à l'amélioration de notre cadre de vie.

La motivation

Le risque zéro n'existe pas : c'est pourquoi nous devons partager la conscience des risques majeurs (techniques, sociaux, environnementaux) et pouvoir mettre les mêmes réalités derrière les mêmes mots, chercher à comprendre les perturbateurs et les enchaînements qui peuvent mener à l'accident ou à l'évènement majeur, contribuer à gérer collectivement les conditions d'entraide et de retour à une situation normale en cas de problème.

Notre société, c'est-à-dire nous-mêmes, est très rapidement passée du compliqué au complexe et nous mesurons bien, chaque jour et face à des sujets très différents, qu'aucun d'entre nous ne peut avoir, seul, la maîtrise totale des situations à gérer et des décisions à prendre.

Il nous faut savoir utiliser et valoriser l'intelligence collective.

Le principe même de responsabilité, que ce soit à titre privé ou à titre public, nous amène à faire avec les autres et avec le réel. C'est un atout et c'est une force face aux défis qui sont devant nous.