Actualité
Entrez un sous-titre ici

Mardi 25 Février 2020.

Le Sénat entame mardi l'examen du projet de loi relatif «au Parquet européen et à la justice pénale spécialisée», qui doit selon la garde des Sceaux Nicole Belloubet permettre d'améliorer la réponse judiciaire aux atteintes à l'environnement. Le texte prévoit notamment la création dans chacune des 36 cours d'appel d'une juridiction spécialisée pour s'occuper des atteintes telles que la pollution des sols ou les infractions à la réglementation des espèces protégées.

Les dossiers les plus simples (décharges sauvages, infractions aux permis de pêche ou chasse) continueront à être traités par les tribunaux de proximité, tandis que les plus graves, comme l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, par les deux pôles interrégionaux spécialisés de Paris et Marseille. Le projet prévoit également la mise en place d'une «convention judiciaire écologique», une forme de transaction, comme le plaider-coupable, notamment pour les entreprises reconnaissant leur responsabilité. (AFP).

Mercredi 11 Décembre 2019.

Colloque des 30 ans du PIREN-Seine.    https://www.piren-seine.fr/

Le PIREN-Seine a bien voulu m'inviter et je l'en remercie car cela m'a permis de découvrir une communauté scientifique dont les travaux se poursuivent depuis 30 ans et qui mériterait une large communication publique.

Je dois signaler en préambule que, unique et maladroit représentant du monde extérieur, je me suis signalé très défavorablement dès le début, lorsque, au moment des questions, alors que nous venions d'entendre haut et fort la phrase d'un orateur " ... heureusement il n'y a pas actuellement de crise écologique majeure dans la Seine" j'ai interpellé le parterre et la salle : " Vous ai-je bien entendu ? Qui parmi vous ignore l'incendie de l'usine du SIAAP d'Achères ?" . 

Je tiens à présenter ici mes excuses à l'assemblée pour mon intervention intempestive, certainement inconvenante au sein d'une assistance académique et scientifique. Je confirme néanmoins que je suis bien, comme cela a été suggéré avec des mots moins choisis, l'activiste infiltré, le contaminant toxique dans l'écosystème industriel.

Ce préambule étant posé, je souhaite signaler les interventions de Monsieur Ghislain de Marsily, premier directeur du PIREN et de Monsieur André Santini, président du SEDIF à l'époque, qui ont témoigné avec humour des difficultés qu'il leur a fallu surmonter pour instaurer un dialogue entre les ingénieurs, les chercheurs, les praticiens et les pouvoirs publics. Lorsque Monsieur Denis Penouel, directeur adjoint du SIAAP, souligne par la suite la qualité de l'intelligence collective qui émerge dorénavant de l'activité du PIREN, je suppose que cela conforte l'idée que le dialogue doit être recherché.

La fin de la journée m'a permis d'échanger quelques mots avec Monsieur Nicolas Flipo, directeur du PIREN-Seine, Monsieur Ghislain de Marsily, fondateur du PIREN-Seine, Monsieur Denis Penouel, directeur adjoint du SIAAP, le directeur de l'innovation du SIAAP, le responsable des jurys de nez du SIAAP, Monsieur Jean-Marie Mouchel, membre du CNRS et spécialiste des contaminants dans l'environnement, directeur de l'UMR 7619 METIS Master Environnement Continentaux et Hydrosciences à l'Université Pierre et Marie Curie, Alexandre Deloménie, responsable de la cellule transfert du PIREN-Seine.

Je viens d'adresser une demande à Monsieur Deloménie afin de publier ici l'excellent document du Colloque, synthétique, claire et accessible, doté des sources et d'un glossaire, qui répond à beaucoup de questions que nous nous posons.